Restauration

Des études et des essais sur le terrain ont lieu afin de choisir une stratégie nous permettant de valoriser les rejets miniers pour la restauration du site plutôt que d’utiliser des matériaux d’emprunt naturels tels que les argiles, sables et graviers.

En 2019, nous avons débuté la construction de cellules de recouvrement qui serviront à tester l’efficacité de 4 différentes options possibles. Lorsqu’elles auront été complétées, elles comprendront une couche de matière organique qui permettra la végétalisation, un aspect important pour le contrôle de l’érosion et de l’humidité.

Les données de performance seront recueillies au cours des prochaines années. Elles pourront orienter les décisions sur l’option de couverture qui sera éventuellement mise en place sur toute la surface du parc à résidus.

Au 31 décembre 2019, le gouvernement du Québec détenait 163,4 M$ en garantie financière pour assurer la fermeture en temps opportun de notre site, lorsque nous cesserons nos activités.